Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.


portait que des sucreries et des pâtisseries légères, pêle-mêle avec du tabac, au fond de ses poches… »

Des goûts de petite fille à un militaire ? Allons donc !


Page 5 :

« Alors le sergent, les yeux humides, la face cuite, le nez pareil à une langue de feu dans un incendie de façade… À peu près ivre, il parlait seul, faisait des tournées d’inspection dans les compartiments voisins. On devait le hisser. On le passait comme un colis triomphal qui s’écroulait sous les banquettes. »

Quelle invraisemblance ! Cet ivrogne amène des conscrits au régiment !


Page 62 :

« Il s’était assis en tailleur, par terre, devant la malle béante, exposant le premier de ses compartiments superposés : Un capharnaüm où les objets de toilette et d’étagère confondus