Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il nous est douloureux de nous étendre sur un pareil sujet, et, sans notre désir ardent de ne pas laisser debout une seule des poutres de cet échafaudage de carton qu’est Sous-Offs, nous nous arrêterions ici.

D’ailleurs, le sujet que nous traitons maintenant est d’une gravité exceptionnelle. Il ne suffit plus de donner un aperçu du livre, il faut en citer des passages entiers, pour n’être point taxé d’invraisemblance et de parti pris dans sa réfutation.

Laissons la parole à M. Descaves. Puisqu’il a osé porter le vilebrequin du cynisme dans le tonneau de la honte, qu’il en boive l’amère liqueur.


Voici des passages entiers de Sous-Offs :


Page 45 :

« Deux sous-officiers, au moment de rentrer au quartier, heurtèrent deux vieilles femmes en cheveux, grelottant, l’une dans un paletot d’homme, l’autre dans un vaterproof trentenaire.