Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.



M. Descaves ne s’est pas tenu pour satisfait de nous montrer les sous-officiers lâches et cupides, il lui a fallu encore les souffleter avec une abominable accusation d’ivrognerie et de mœurs infâmes.

Alcool et absinthe, voilà leurs dieux !

Femmes mariées, servantes d’auberges, filles de mauvais lieu, sont l’objet de leur exploitation éhontée. Pour en tirer de l’argent, tous les moyens leur sont bons. Ils s’en vantent entre eux. Ils en rient. Leur cynisme laisse bien loin derrière lui celui des rôdeurs de barrière. M. Descaves a cousu le galon de leur grade sur une casquette à trois ponts !