Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.



S’il a été facile de convaincre M. Descaves de mauvaise foi, alors qu’il accusait nos sous-officiers de lâcheté, il ne sera pas moins aisé de le confondre, alors qu’il essaye de les flétrir en leur reprochant le vol et la concussion.

« C’était de la part du fourrier, écrit-il à la page 56 de son libelle, les semaines de distribution, un rabiau minutieux sur le pain, sur le sucre et le café livrés au percolateur, sur le vin fourni par l’ordinaire, sur les étiquettes de paquetage et de râtelier d’armes, sur les permissions établies, vendues aux bleus.

« Toute l’ignominie de l’exploitation des grades, toutes les roueries de l’intimidation, des