Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Simon, jugeant qu’il n’est jamais trop tard pour dire une bonne chose, s’écrie :

« Le collège préparera la caserne, c’est parfait. Que la caserne, à son tour, rappelle un peu et continue le collège. »

Dans l’Éclair du 9 janvier, M. Camille Doucet, de l’Académie française, dans sa passion pour la considération, reproche à M. Descaves les moyens qu’il y a employés pour s’assurer un succès de mauvais aloi :

« Je n’ai pas lu Sous-Offs. Mais l’auteur a choisi un excellent moyen de forcer l’indifférence et de s’imposer à l’attention publique. »

Dans la République Française du 9 janvier, M. Albert Delpit, un de nos illustres romanciers, donne l’appréciation suivante :

« Le roman de M. Descaves n’est qu’une lanterne magique, où passent et repassent des bonshommes grotesques et répugnants. Ce sont des caricatures… Je comprends qu’on aille de temps