Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Je suppose, M. le ministre, que votre désir est d’avoir une armée vigoureuse, instruite, brave, et fière de son uniforme… Votre mission est de la faire respecter sur l’heure, de la mettre à l’abri des insultes du ruisseau. »

Cet appel éloquent a été entendu.

Dans le XIXe Siècle du 15 décembre, M. Francisque Sarcey écrit en ces termes émus à M. Saint-Genest du Figaro :

« Le régiment a été pour vous, mon cher Saint-Genest, ce qu’a été pour moi l’École Normale, avec cette différence tout à votre avantage que l’École Normale n’est après tout qu’une coterie de professeurs, tandis que l’armée c’est la France ! »

Il est réconfortant d’entendre de pareilles vérités exprimées dans un pareil style.

Dans la France du 17 décembre, nous trouvons sous la signature de M. Mermeix :

« Les poursuites contre M. Descaves sont fâ-