Page:Darien-Dubus - Les Vrais Sous-Offs, Savine.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.


des mœurs de repris de justice, des habitudes de souteneur.

Sans autre souci que celui du bien-être à satisfaire à tout prix, remplaçant le sentiment du devoir à remplir par un appétit effréné de jouissance, ils mettent dans la poche des plus misérables créatures, des doigts crochus qu’ils n’hésitent pas à plonger au besoin dans la caisse du régiment.

Sans cesse occupés à parfumer d’odeurs canailles, dérobées dans des maisons louches, leur peau qu’efféminent chaque jour des contacts dégradants — une peau qu’ils marchandent sans vergogne au Pays en danger — ils endorment un temps volé à l’exercice de leurs fonctions dans la paresse et l’ivrognerie.

Précisons. Étudions le roman de M. Descaves. Portons le scalpel de l’analyse dans cette production monstrueuse.

Ou plutôt ; non ! Qu’on ne nous accuse point ici de partialité ! Refrénons l’indignation qui fait bondir le cœur de tout bon Français à la lecture de ces pages maudites. Laissons la parole aux