Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’exemple de l’abus qu’on peut faire de ce motif reſpectable : c’eſt encourager les envieux par vôtre exemple à ſatisfaire leur jalouſie ſous prétexte du bien public. On pourra donc en conſéquence négliger tous les devoirs de la ſociété avec cette excuſe ; décréditer, trahir, opprimer ſes bienfaiteurs, & transformer ainſi l’ingratitude en vertu, alors il me paroit que le mal public réſultera de l’amour du bien public. Vous voyez bien M. que vôtre héroïſme eſt abſurde & ſur-tout dans le cas préſent ; ne pouviez vous pas ſatisfaire à l’engagement que vous vous étiez impoſé vous même d’éclairer le Public ſur les dangers du ſpectacle, ſans trahir les devoirs de la reconnoiſſance & de la ſociété : pourquoi ne pas puiſer dans les piéces de mille Auteurs qui ſont morts les preuves de vôtre ſiſtéme. Vous en auriez trouvé ſûrement de plus dignes de reproches que celles d’Atrée ou de Mahomet ; vous auriez rempli vos prétendus devoirs ſans choquer perſonne.

Je vous aurai cependant une obligation de vous être livré à toute vôtre malignité, c’eſt qu’elle m’offre l’occaſion d’agir d’une façon toute oppoſée à la vôtre. M. de Crebillon vous a obligé à la première vûe & ſans vous connoître ; vous pavez ſon ſervice de la plus noire ingratitude. Malgré cela la bonté de cœur de cet homme illuſtre eſt ſi publique, qu’il n’eſt pas même permis de croire qu’il ſe repente de vous avoir obligé. Je vous laisſe penſer en même tems quel gré le Public