Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les danſes des Spartiates lorſque les femmes s’y mêloient ; liſez plutôt l’hiſtoire. Un Menuet, une Contredanſe pour être bien danſés ne s’accordent gueres avec vos ſcrupules : un Maître à danſer ordinaire, dit toujours à ſes écolieres : Mademoiſelle, avancez la poitrine, effacez les épaules légérement, marquez ſcrupuleuſement la cadence, les yeux fixés ſur ceux de vôtre Cavalier, que tout vos mouvemens peignent avec grâce un ſentiment, ſouriez agréablement.

Tous ces principes ne vous paroitroient pas modeſtes : il faut donc imaginer une danſe exprès, ou ſi l’on danſe à vôtre Bal des Menuets & des Contredanſes, il faudra que les figurans pour être modeſtes, ſe gardent bien de porter les yeux l’un ſur l’autre : la vûe collée ſur le plancher de la ſalle, ils marchecheront comme ces petites figures Automates que les Savoiards font rouller ſur nos parquets, il ne ſera pas mauvais même pour s’aſſurer que les regards dérobés ne trahiront point la modeſtie preſcrite, d’affubler la tête de tous les danſeurs & danſeuſes d’un voile épais pour les mettre à couvert de la tentation. On ſuivroit apparemment l’uſage univerſel de l’Europe, qui a conſacré l’habit noir à la décence, & l’on obligeroit tous les danſeurs & danſeuſes de s’habiller de cette couleur, & pour que tout répondit à la gravité de l’habit, on interdiroit aux jeunes garçons cet air de diſſipation & de folie que la danſe & la muſique leur inſpire :on leur preſ-