Ouvrir le menu principal

Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trie. Les femmes Romaines recommandoient à leurs maris & à leurs fils, de ſe faire rapporter ſur leurs boucliers.

On accuſe les Italiens & les Eſpagnols d’être cagots, jaloux & vindicatifs, leurs femmes ont tous ces défauts. Les François ſont vains, étourdis, indiſcrets, preſomtueux, coquets, capricieux ; leurs femmes ont tous ces défauts.

Ne me dites pas que les hommes ſeroient tout autres ſi les femmes étoient différentes d’elles mêmes, ce ſeroit avilir nôtre ſexe encore plus qu’il ne l’eſt, que d’employer cette vaine excuſe. Si nous ſommes plus ſenſés, nous devons l’exemple du bon ſens, & nous ne devons pas recevoir ce qu’il nous convient de donner. Un Courtiſan précieux, ridicule fera des bégueules de Cour, un étourdi fera de petites maitreſſes, un Voltaire formera des Du Chatelet.

Il n’eſt donc pas ſi déplacé que vous feignez de le croire de mettre la raiſon dans la bouche des Dames, & le petit Jean de Saintré a raiſon d’ajouter à ſon repas l’agrément de le voir préparé par une belle main. Cénie & Conſtance ſont des objets céleſtes qui parlent & agiſſent comme les femmes vertueuſes ſavent agir & parler, & comme les hommes devroient montrer à toutes à le faire. S’il y a très peu de femmes qui penſent & parlent comme Cénie & comme Conſtance, c’eſt que les hommes qui les environnent ont grand