Ouvrir le menu principal

Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne trembleroit-on pas à ſon aspect, ſes Bourgeois ſavent tirer le Canon, ils ont le courage de faire dix lieues pour tuer un perdreau, quand ils ne ſont encore que des poliſſons, ils ſe caſſent le nez & ſe pochent l’œil avec une bravoure que nos ſeuls crocheteurs peuvent leur disputer. Attendez que quelque Puiſſance téméraire & jalouſe de la ſplendeur de cette nouvelle Sparte, s’aviſe de l’attaquer, que de Leonidas à ſon ſervice ! C’eſt alors, Meſſieurs les Tragiques, que vous aurez des Héros à peindre, jusque là vous ne peindrez que des Don Quichottes.

L’imbécile Public s’étoit imaginé depuis long-tems que l’Achille de Racine, le Britannicus, la Phédre, l’Athalie, Atrée, Thieste, Pirrhus, Electre Orosmane, Zaïre étoient des perſonnages vraiment tragiques : qu’il eſt heureux ce Public d’avoir un précepteur comme Jean Jaques Rouſſeau pour le tirer de ſon aveuglement !

Apprenez, Public, qu’Achille a tort d’aimer Iphigénie : Britannicus, Junie : Orosmane, Zaïre : toutes ces Dames ont trop de vertu, il ne leur eſt pas permis d’en avoir tant ; Jean Jaques ne le veut pas, ſi les Auteurs l’entendoient mieux ſelon lui Iphigénie ſeroit une Prude, Junie une Coquette & Zaïre une Catin, car voilà, dit Jean Jaques, comme les femmes ſont faites c’eſt donc ainſi qu’il faut les repréſenter ou ſe réſoudre à paſſer pour un Auteur de Roman.

Je vous inſulterois presqu’autant que vous