Ouvrir le menu principal

Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la piéce, comme vous vous l’imaginez, eſt contraire aux bonnes mœurs, ſi un homme qui dit durement ſon avis ſur tout, qui ne s’embaraſſe jamais de mortifier perſonne, qui prend le Dé à tous coups, & s’établit orgueilleuſement le Juge & le Précepteur du genre humain, qui joint l’inſolence à la brusquerie, n’eſt pas un homme vicieux & blâmable & ſi la probité eſt un titre qui exclue la politeſſe & la modeſtie. Voilà l’homme que Moliére a joué & que tous vos ſophismes ne juſtifient pas, vous allez voir.

S’il n’y avoit ni frippons ni flatteurs Alceſte aimeroit tout le monde, c’eſt à dire que ſi ſa ſouppe n’étoit pas quelque fois trop ſallée il la trouveroit toujours bonne : il faut donc pendre tous les Cuiſiniers parce que ce malheur leur arrive à tous quelque fois ? Malgré ce qu’il y a de trivial dans cette comparaiſon, vous y reconnoitrez, je crois, du bon ſens ; à moins que vous n’éxigiez qu’on faſſe un monde à la fantaiſie d’Alceſte. Il n’y a rien de plus aiſé, que ne parlez vous ? Celui ci merite-t-il d’éxiſter après que vôtre Héros a dit qu’il déteſte les hommes ?

Les uns parce qu’ils ſont méchans ;
Et les autres pour être aux méchans complaiſans.

C’eſt à ces derniers ſur-tout à qui vôtre homme en veut : il les trouve des gens abominables, parce que moins féroces que lui & ne voulant ſe brouiller avec perſonne, ils laiſ-