Page:Dancourt - À Mr. J. J. Rousseau, 1759.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


re en eſt cauſe, que quand un fils eſt porté à ces excès par ſa propre corruption ? Ergo ſi Harpagon eſt la cauſe de tous les égaremens de ſon fils il eſt le premier & le plus criminel & cette piéce ſi licentieuſe à vôtre avis eſt telle qu’elle doit être pour apprendre aux avares que Quand les peres ne donnent rien aux enfans, les enfans les volent & leur manquent de respect.

Soiez du parti des peres ſages & raiſonnables, rien n’eſt plus naturel & plus louable ; mais non pas des mauvais peres qui ſouvent par leur avarice, leur dureté, leur ignorance, ou leurs préjugés, ſont cauſe de tous les déſordres de leur famille. Écoutez les plaintes de Sigismond dans la Vie eſt un ſonge.

QuParens dénaturés, à vos ordres biſarres,
Quoi, nos jours innocens ſeront ils aſſervis ?
Serez-vous envers nous impunément barbares,
Et les reſſentimens nous ſont ils interdits ?
Non non, c’eſt une erreur dont vous êtes ſeduits
Les éqPar une ſage prévoiance,
Les équitables Dieux ont borné vos pouvoirs.
Les éqAinſi que nous vous avez vos devoirs :
Et ſi nous vous devons avec l’obéiſſance,
Des marques de respect & de reconnoiſſance.
DeVous nous devez des ſoins à vôtre tour
DeVouConformes à nôtre naiſſance,
DeVouEt des preuves de vôtre amour.