Ouvrir le menu principal

Page:Dallet - Histoire de l'Église de Corée, volume 2.djvu/484

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par le même courrier, Mgr Berneux écrivit en son nom et au nom de tous ses confrères au Souverain Pontife Pie IX, que la révolution italienne, aidée par la complicité du gouvernement impérial de France, venait de dépouiller de presque tous ses étals. L’attachement filial au Saint-Siège se trouve infailliblement dans le cœur d’un vrai missionnaire. Plus son poste est éloigné, plus il est dangereux, et plus est vif l’amour qu’il porte au Vicaire de Jésus-Christ. Voici la traduction de cette lettre qui est maintenant, dans le ciel, un des titres de gloire de notre vénérable évêque martyr.


« Très-Saint Père,

« Nous avons été accablés d’une douleur indicible quand, par les lettres récemment apportées de France, mes confrères et moi avons appris ce que des hommes aveugles, poussés par une rage impie, ont osé contre Votre Sainteté et contre la Chaire Apostolique. Pardonnez-nous la liberté que nous prenons d’écrire à Votre Sainteté dans un moment où elle est agitée de si terribles angoisses et abreuvée de tant d’amertumes. L’amour filial nous force de déposer à vos pieds l’expression de la tristesse qui remplit nos cœurs, et l’assurance des prières que sans cesse nous offrons à Dieu et à l’Immaculée Vierge Marie. Du fond de ces régions lointaines, nous ne pouvons, comme l’ont fait unanimement, dit-on, tous les évêques de France, élever la voix pour défendre les droits du Saint-Siège, mais nous ne cessons d’élever vers le ciel nos mains et nos cœurs, priant que le Seigneur se lève, qu’il dissipe vos ennemis, et que dans sa miséricorde, il devienne votre bouclier et votre défenseur.

« Au milieu de toutes ses peines, Votre Sainteté aura certainement éprouvé quelque consolation, en apprenant que la liberté absolue, non-seulement d’embrasser, mais même de prêcher publiquement la Foi, a été assurée dans l’empire chinois par le triomphe des armées française et anglaise, de sorte qu’à l’avenir il n’y a plus à craindre de persécution. Quant à la mission de Corée, personne ne semble s’en occuper ; mais le gouvernement de ce pays sait parfaitement bien ce qui s’est passé en Chine, et comme il tremble de voir les Européens lui déclarer la guerre, nous avons pour l’avenir une espérance sérieuse de paix, de tranquillité, et par conséquent de succès abondants. La persécution qui s’était élevée l’année dernière a complètement