Ouvrir le menu principal

Page:Dallet - Histoire de l'Église de Corée, volume 2.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’empressement des chrétiens à participer aux sacrements. Plusieurs d’entre eux viennent de vingt, trente, quarante lieues pour se confesser ; ce sont ceux qui ne peuvent recevoir les missionnaires chez eux. Leur désir de voir le prêtre est si grand, que, si je ne l’avais défendu sous des peines sévères, ils se transporteraient presque tous au lieu où il réside, sans s’embarrasser du danger de donner l’éveil aux païens et de provoquer de nouvelles persécutions. Vous concevez cet empressement, en pensant qu’ils ne peuvent qu’une fois l’an assister à nos saints mystères. Il en est même, parmi les femmes mariées à des païens, à qui il est impossible de sortir un seul instant pour se rendre auprès de nous. Plusieurs fois, dans la capitale, j’ai été touché jusqu’aux larmes, en voyant des chrétiennes d’une haute noblesse profiter du sommeil du reste de la famille pour venir se confesser au milieu de la nuit ; elles professent en secret le christianisme, et personne de la maison ne connaît leur foi. Ce mystère est ici une nécessité. Si nous avions la liberté de religion seulement comme en Chine, nous verrions les Coréens entrer en foule dans l’Église de Jésus-Christ : daigne ce divin Pasteur les amener à son bercail ! Une multitude d’entre eux semblent n’attendre pour se déclarer, que le moment où la religion sera libre ; ils ne sont retenus que par la crainte des tourments et de la mort. »

Dieu répandit une bénédiction abondante sur les travaux des missionnaires. Le nombre des confessions annuelles qui, en 1846, à cause des difficultés du temps, n’avait été que de trois mille quatre cent quatre-vingt-quatre, se monta en 1847 à cinq mille deux cent quarante-six. Il y eut également en 1847 près de sept cent soixante-dix baptêmes d’adultes ; l’année précédente, malgré la persécution, il y en avait eu neuf cent quarante-six. C’étaient, en deux ans, mille sept cents nouveaux adorateurs du vrai Dieu, arrachés au culte du démon, et enrôlés dans la sainte Église de Jésus-Christ.