Ouvrir le menu principal

Page:Dallet - Histoire de l'Église de Corée, volume 2.djvu/330

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V.

Les martyrs de 1846. — Établissement de l’Archiconfrèrie. — Travaux des missionnaires.


Après la mort d’André Kim, il restait encore en prison huit confesseurs, qui n’avaient pas voulu acheter leur liberté au prix de l’apostasie. Le 19 septembre, dernier jour de la septième lune, le roi donna ordre au grand juge criminel Im Seng-kou, de terminer leur procès en les mettant à mort. Charles Hien, le principal d’entre eux, eut la tête tranchée de la même manière qu’André Kim ; il reçut dix coups de sabre. Les sept autres furent étranglés dans la prison, après avoir été presque assommés à coups de planche. Aussi, quand on leur passa la corde au cou, n’avaient-ils plus qu’un souffle de vie. Voici leurs noms, avec une courte notice sur chacun d’eux.

Charles Hien naquit dans la capitale, d’une famille honorable. Son père, Hien Kiei-heum-i, avait été martyrisé dans la persécution de 1801 ; dans celle de 1839, son épouse et son fils moururent en prison, et sa sœur Benoîte expira sous la hache du bourreau. Charles fut pendant de longues années à la tête des affaires de la mission. Il vint chercher Mgr Imbert à la frontière de Chine, et accompagna toujours M. Chastan dans l’administration des chrétiens. En allant à la mort, Mgr Imbert le chargea de recueillir les actes de ceux qui verseraient leur sang pour Jésus-Christ, et de prendre soin de l’Église coréenne pendant son veuvage. Recherché durant trois ans par les satellites, il fut obligé de se déguiser et de demander un refuge aux plus pauvres chaumières et aux antres des montagnes. Pendant l’absence des prêtres, il ne cessa d’encourager les néophytes, et les aida à se reconstituer en chrétienté ; il envoya plusieurs fois des courriers en Chine pour renouer les communications et fit lui-même partie de l’expédition de Chang-haï. Quand la persécution éclata, il se trouvait seul à la capitale, et dut mettre ordre à toutes les affaires. Il venait de changer de maison, et de transporter dans sa nouvelle demeure une partie de l’argent et des effets de la mission, lorsque, le 17 de la cinquième lune intercalaire, les satellites entrèrent chez lui, le saisirent avec quatre autres personnes, et le jetèrent en prison. Il n’eut pas de tourments à