Ouvrir le menu principal

Page:Dallet - Histoire de l'Église de Corée, volume 2.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faisait à la société de la mission de Corée, M. Imbert, non content, comme tous ses confrères, de plaider énergiquement pour qu’on acceptât la proposition, s’était offert à partir lui-même, si on le lui permettait. Aussi, dès que la mort de Mgr de Capse fut connue à Rome, on songea à M. Imbert pour le remplacer. MM. Maubant et Chastan l’indiquaient dans leurs lettres ; ses supérieurs le regardaient comme le plus propre, par sa vertu, ses talents et sa longue expérience de la langue et des mœurs chinoises, à occuper ce poste périlleux. En conséquence le Saint-Père lui fit expédier ses bulles. Laissons ici parler Mgr Fontana, évêque de Sinite, vicaire apostolique de la mission que quittait Mgr Imbert :

« Notre mission a perdu un bon missionnaire dans la personne de Mgr Imbert que le souverain Pontife a nommé successeur de Mgr Bruguière, vicaire apostolique de Corée. Il reçut les brefs de son élection dans le mois d’avril, et, dans le même temps, par les lettres de M. Legrégeois, procureur des Missions-Étrangères à Macao, nous apprîmes la nouvelle certaine de la mort de Mgr Bruguière ; aussi, Mgr Imbert fut-il sacré évêque de Capse, selon l’ordonnance du bref apostolique. Son sacre a eu lieu le 14 mai, jour de la Pentecôte : M. Ponsot et M. Mariette ont tenu la place des deux évêques assistants, et j’ai fait la fonction d’évêque consécrateur… Son intention était de partir de suite pour aller, cette année, jusqu’aux confins de la Corée ; mais à cause des grandes pluies, des grandes chaleurs et d’autres circonstances, il a dû différer son voyage d’environ trois mois. Il est parti d’ici le 17 août, accompagné de deux hommes de confiance : l’un est un catéchiste, qu’il avait coutume d’envoyer à la recherche des enfants infidèles pour les baptiser en danger de mort ; l’autre est un de ses écoliers âgé d’environ trente ans, qui avait déjà étudié un peu la théologie sous lui, et qui lui est très-affectionné.

« L’intention de Mgr de Capse est de le faire entrer en Corée, s’il est possible, et de l’ordonner prêtre pour sa mission, ou de l’envoyer aux îles Liéou-kiéou. Si la destination de Mgr Imbert à la Corée doit nous faire plaisir, à cause de l’utilité qui en résultera pour cette pauvre mission, son départ d’ici a fait de la peine à tous. Il était aimé de tout le monde ; il s’était rendu très-utile ; il parle bien la langue de la Chine, et il connaît assez bien les caractères chinois. Il est d’un bon caractère, doux, affable, gai, courageux ; il a l’expérience du saint ministère, qu’il a exercé douze ans avec zèle et succès dans ce vicariat du Su--