Page:Désorgues - Voltaire, ou le Pouvoir de la philosophie, 1798.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(36)



CHANT
POUR LA FÊTE
DE LA
SOUVERAINETÉ DU PEUPLE.



Chœur d’adolescents.


CEINS ton front de lauriers, prends tes habits de fête,
Déesse des Romains, idole des Français ;
D’un peuple qui voulut ta superbe conquête
Par ta présence auguste embellis les succès.

Un législateur.


Fléau des préjugés et de la tyrannie,
Viens fonder sur la loi ton culte solemnel ;
Anime le commerce, éveille le génie,
Et du bonheur de tous raffermis ton autel.

C’est peu qu’aux bords du Nil des rivages du Tibre
La victoire fidèle ait guidé nos drapeaux,
Il faut par la vertu, soutien d’un peuple libre,
De ce naissant ouvrage assurer le repos.

Chœur d’adolescents.

 
Ceins ton front de lauriers, etc.