Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
HARANGUE CONTRE LA LOI DE LEPTINE.


voici ceux que nous mettons à la place, comme meilleurs à tous égards ; soyez attentifs, Athéniens, à ce qu’on va vous lire. Lisez, greffier.

On lit la loi de Démosthène.

C’est assez [27]. Parmi nos lois reçues, il en est une fort sage, qui porte, en termes formels, que les faveurs accordées par le peuple seront irrévocables : rien de plus juste assuréuient. Avant de porter sa loi, Leptine devait donc attaquer celle dont je parle, et en demander l’abrogation. En proposant la loi nouvelle sans détruire l’ancienne, celle-ci, qu’il laisse subsister, dépose de son infraction aux lois, puisqu’il existe une autre loi qui statue que, si une loi nouvellement proposée, est contraire à quelqu’une de celles précédemment établies, par cela même on pourra l’attaquer. Greffier, prenez cette loi, et lisez-la.

On lit la loi.

Que les faveurs accordées par le peuple soient irrévocables, et que nul de ceux à qui le peuple a accordé les exemptions, ne soit exempt, n’est-ce pas une contradiction ? oui, et elle ne peut être plus frappante. Il n’en est pas ainsi de la loi que je propose [28]. Sans révoquer les grâces que vous avez accordées, elle permet d’attaquer juridiquement, ou ceux qui les auraient obtenues de vous par surprise, ou ceux qui depuis auraient commis des fautes graves, ou, en un mot, ceux qui eu se-