Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.
72
HARANGUE CONTRE LA LOI DE LEPTINE.


tion de ces illustres morts, s’ils pouvaient apprendre la manière dont nous procédons aujourd’hui. Quoi donc ! ce ne sera point par les choses mêmes, mais d’après de faibles expressions, que vous jugerez des services importans qu’ils vous ont rendus ! Les belles actions qu’ils ont faites, et les travaux qu’elles leur ont coûté, seront perdus pour eux, parce qu’ils seront défigurés dans nos discours ! Pourrait-on imaginer un sort plus triste !

Mais, pour vous convaincre que je parle avec droiture et sincérité, sans aucun dessein de vous surprendre, on va vous lire la loi que je veux substituer à celle que je combats. Vous verrez que j’ai pourvu, avec attention, à ce que vous ne fissiez rien de honteux, à ce qu’on citât devant vous, pour le dépouiller de son privilége, quiconque serait taxé, avec justice, de ne pas le mériter, et à ce qu’on ne retirât point les grâces à ceux qui les méritent incontestablement. Je ne fais rien ici d’extraordinaire, je me conforme à une ancienne loi que viole Leptine, laquelle ordonne, quand on voudra porter des lois nouvelles, d’attaquer la loi où l’on trouvera quelque défaut, et d’en proposer une autre qui l’abroge. Les Athéniens examineront l’une et l’autre, et choisiront la meilleure. Solon, qui prescrit cette règle et cette conduite, n’a pas cru que, tandis que les thesmothètes, choisis par le sort pour veiller aux lois, ne pouvaient entrer en exercice, qu’après avoir subi