Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de toutes les autres ensemble ; ce qui se conçoit sans peine. Outre que ce pays est très-fertile, Leucon, qui y règne, accorde à ceux qui transportent ici du blé, exemption d’impôt, et le privilège de charger les premiers. Car, s’il a reçu de vous des exemptions pour lui et pour ses enfans, il vous en accorde à vous tous d’une autre nature. Et voyez combien les siennes sont importantes. Il exige un trentième de ceux qui enlèvent des grains de ses états ; nous prenons chez lui environ quatre cent mille boisseaux, ainsi qu’on le voit par les registres de nos pourvoyeurs ; il nous fait donc grâce de plus de treize mille [8] boisseaux. Et il est si éloigné de nous retirer cette exemption, qu’il nous l’a accordée même pour le nouveau marché qu’il vient d’établir à Theudosie ; lequel, au rapport de ceux qui l’ont vu, n’est pas inférieur à celui de Bosphore.

Je pourrais citer une foule de services que vous avez reçus de lui et de ses ancêtres. Sans parler du reste, il y a trois ans, la disette s’étant fait sentir dans toute la Grèce, il nous envoya des grains en quantité suffisante, et à si bas prix, qu’il resta quinze talens à Callisthène de l’argent qu’on lui avait remis pour faire des provisions de blé. Mais je vous le demande, un prince qui en a agi avec vous de la sorte, que fera-t-il, quand il apprendra que vous lui enlevez par une loi les exemptions, et qu’à l’avenir vous ne serez plus libres de