Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
HARANGUE CONTRE LA LOI DE LEPTINE.


dans la loi de Leptine, les descendans d’Harmodius et d’Aristogiton. Examinons donc combien, en recevant sa loi, nous gagnerons de têtes pour les premières de ces charges, et combien nous en perdrons, en la rejetant. Les plus riches, toujours chargés d’armer des vaisseaux, sont, par-là même, exempts de fournir aux frais des chœurs de danse ou de musique. Les citoyens qui n’ont pas le nécessaire, et qui, par —là, sont exempts de toute espèce de charges, le sont, à plus forte raison, de celles-ci. La loi ne nous fait donc gagner aucune tête parmi les uns ni les autres. Mais, dira Leptine, nous en gagnons un grand nombre parmi les étrangers, pour ces mêmes charges qui peuvent tomber sur eux. Mais, s’il montre que nous en gagnons cinq, qu’on dise, j’y consens, que je déraisonne.

Je vais plus loin, et je suppose que, si la loi passe, il y aura dix étrangers de plus, et même davantage, pour remplir les charges, et que nul citoyen ne sera exempt, comme chargé d’armer un vaisseau ; que gagnera la république, si tous, sans exception, remplissent les charges ? Sera-t-elle dédommagée de l’infamie dont elle se couvrirait ? Il s’en faut de beaucoup, et en voici la preuve. Qu’il y ait dix étrangers exempts ; assurément, comme je le disais tout à l’heure, je ne pense pas qu’il y en ait cinq ; de citoyens, il n’y en a pas plus de cinq ou six qui s’exemptent : ce qui fera seize [4].