Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/29

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de ne pas devoir une grâce à la bassesse ni à la flatterie, et d’être honoré parmi des concitoyens qui nous estiment. Quelques faveurs qu’on reçoive d’un maître, vaudront-elles jamais l’avantage d’être considéré par des hommes libres, nos égaux? Dans les autres états, la grandeur du bienfait ne peut équivaloir à la crainte de le perdre ; mais chez vous on jouit avec assurance de ce qu’on a reçu ; on en jouissait du moins par le passé. Ainsi, une loi qui ôte la sûreté aux grâces que notre ville accorde , leur ôte ce qui seul leur donne un plus grand prix. Et en général, dans un état quelconque, priver de leur récompense les défenseurs zélés du gouvernement, c’est priver l’état lui-même de sa plus grande ressource.

Leptine vous dira peut-être, pour vous faire prendre le change, que les charges tombent maintenant sur des hommes pauvres, et qu’en vertu de sa loi, elles seraient portées par les plus riches. Cette raison est spécieuse ; mais, si on l’examine de près, on verra qu’elle est peu solide. Les charges pour lesquelles on peut obtenir les exemptions que veut abolir Leptine, peuvent tomber, ou sur les citoyens, ou sur les étrangers. Par rapport à celles qui concernent la guerre, et qui importent au salut de la république, les contributions des biens et les armemens de vaisseaux, il est sagement et justement établi, par les anciennes lois, que personne n’en sera exempt, pas même ceux qui sont exceptés