Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/145

Cette page a été validée par deux contributeurs.
135
HARANGUE CONTRE LA LOI DE LEPTINE.


part une attention sérieuse ; et vous devez craindre d’autant plus qu’on ne vous fasse commettre une faute malgré vous, que souvent vous vous êtes portés à certaines démarches, non parce qu’on vous avait convaincus qu’elles étaient justes, mais parce que vous étiez comme forcés par les cris, l’importunité, l’effronterie des orateurs. Evitez, tout vous y engage, de tomber aujourd’hui dans le même inconvénient ; recueillez les raisons dont vous avez reconnu la solidité, et conservez-les en votre mémoire jusqu’à ce que vous alliez aux suffrages, afin que vous prononciez d’après votre serment, contre des hommes qui vous donnent des conseils nuisibles. Je suis étonné que vous, qui punissez de mort ceux qui altèrent la monnaie, vous laissiez parler ceux qui altèrent l’esprit et le caractère de toute la ville. Vous ne le devez pas, j’en atteste Jupiter et tous les dieux.

Vous comprenez, je pense, tout ce que j’ai dit, et il n’est pas besoin que j’en dise davantage [42].