Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3
SOMMAIRE

étrangers et citoyens, à qui des services importans ont mérité les exemptions qu’il serait injuste de leur ôter. Quelques-uns en sont indignes ; mais est-il juste d’en priver ceux qui les méritent, à cause de ceux qui ne les méritent pas ?

2.º La loi a été portée d’une manière illégale. Il est une loi qui dit que les faveurs du peuple seront irrévocables ; une autre loi défend de porter une loi contradictoire à quelqu’une des lois existantes, avant qu’on ait fait abolir la loi en vigueur ; révoquer les exemptions, c’est contredire visiblement la loi qui dit que les faveurs du peuple seront irrévocables : Leptine devait donc faire abolir cette loi avant de porter la sienne.

3.º L’honneur demande qu’elle soit révoquée. Athènes s’est toujours fait une gloire d’être reconnaissante et fidèle à ses engagemens. La loi de Leptine la rend ingrate et perfide. Elle lui fait priver de leurs récompenses ceux qui l’ont bien servie ; elle l’oblige à ôter ce qu’elle a donné elle-même.

4.º L’intérêt exige aussi que la loi soit supprimée. Il est de l’intérêt d’un état démocratique, surtout, que les grâces qu’on y accorde soient sûres : or, retirer les exemptions, c’est ôter en même tems leur sûreté aux grâces mêmes qu’on ne retirera pas. Qui pourra désormais faire fond sur les récompenses qu’il aura obtenues ? De là, on manquera d’hommes qui se porteront avec zèle à servir la patrie ; l’ardeur des bons citoyens et des étrangers bien intentionnés se ralentira. Il est des princes étrangers qui accordent des privilèges à notre ville ; ils les lui retireront, voyant qu’on leur retire les exemptions.

5.º Enfin elle est inutile. Démosthène montre, par un calcul sensible, qu’on gagnera fort peu de têtes pour les charges publiques, en privant des exemptions ceux qui en