Ouvrir le menu principal

Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1820, tome 6.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.
2
SOMMAIRE


sur des hommes pauvres et peu à l’aise, proposa une loi à peu près en ces termes : Afin que les plus riches remplissent les charges publiques, nul ne sera exempt, excepté les descendans d’Harmodius et d’Aristogiton. Il ne sera point permis, par la suite, d’accorder les exemptions. Celui qui les demandera, sera diffamé, et ses biens confisqués. On pourra le dénoncer et le conduire en prison. S’il est convaincu, il encourra la peine établie contre ceux qui exercent une magistrature, quoique débiteurs du trésor. La loi fut approuvée [1] ; mais Leptine, son auteur, fut accusé par Bathippe, qui mourut avant que la cause eût été plaidée. D’autres, qui avaient intenté la même accusation, s’en désistèrent. L’année s’écoula : on ne pouvait plus infliger de peine à Leptine, mais on pouvait encore attaquer sa loi, et en obtenir la révocation. Aphepsion, fils de Bathippe, et Ctésippe, fils de Chabrias, entreprirent de le faire. Le premier prit Phormion, pour avocat ; et le dernier, Démosthène. Aphepsion, comme plus âgé, parla le premier, et Ctésippe, ou plutôt Démosthène, son avocat, ne parla qu’en second. Comme on avait déjà parlé avant lui, et que les juges étaient au fait de la cause, après un exorde en deux mots, il entre tout de suite en matière. Il montre que la loi de Leptine est injuste, qu’elle a été portée d’une manière illégale, que l’honneur et l’intérêt demandent qu’elle soit révoquée ; enfin, qu’elle est inutile.

i.º Elle est injuste. Il n’est pas juste de retirer des grâces qu’on a accordées, à celui qui les a obtenues par des voies légitimes et par des services réels, et qui n’a rien fait depuis pour s’en rendre indigne. L’orateur cite plusieurs

  1. L’approbation donnée à une loi par le peuple, n’empêchait pas que son auteur ne pût être attaqué dans le courant de l’année où il l’avait portée.