Page:Démia - Trésor clérical, 1682.pdf/670

Cette page n’a pas encore été corrigée


$- reg'e eft de frequenter les bôhes table, quand ils n'en pen, vent tenir dé leür chef, & fi leu: jour font employés en pal fctemps & au comnerce de toute fort: de femmes ; ainii Ja fobrieté: & la continence leur fonten pareille recômanda- tion, ils croient affez farisfaire au defir de leur eftac s'ils re. nôcent aux affires facheufes du nionde & ne s’en referuent “que les dinertiffemens auoc l'oyirieré.Ce feroit coufiours à rcharre. s’il falloir les iaftruire exaétement de ce qu'ils doi: uent faire > ce fera beaucoup s’ils fabtiennér de ce qu'ils ne doinent pas faire, quen’eftans pas enclin à la vertu, ils en Ffenc s'illeur plaift quelque mine pour l'exéple f non ca: Pre Crltom san e Ex qu'ils fe contentent de fe dimner tous fenls, fans y en avr quétité de foïbles Ecclefaftiques qui fetnge afez bien fond :z audefir qu'ils ont deles lmirer. C2: m £’hcur n’ef que tros côxaun en plufeurs endroirs, “mais ferronri la Campagne, ou nonobftant fa pçine de No-isneurs les Prelats Refidens, vne notable partie des Priftres & des Pañteurs mofmes , s'adotinent & s'abar- do‘inent au iourd’hry fans crainte à Ja crapule & a l'imvu- reté :vices que rour leur reffemblance lMpoftre deffindir egalement aïx Efphefens nolîte inebriari vino in quo ci lu curia. Ces deux crimes font les plus oppofez à la pro- ÉefMion des Ordres facrez & qu'a ce fubier le demoninfinuë auec plus de force & de-rufe pour deftruire le feruice de lefus Chrift, & de (a chafte Efvoufs, qui fouffte vn dechet horrible ranc qu'il fera prephané par des mains facrileges , & par des bouches abominables. Lon croit bien que däs le p'at pays tous les Curez ne font pas abfolument capables de précher, l’on ne defire mêfines d'eux que des Inftru&iäs chäæchiftiques qui säs dou-e sôc plus neceffaires: Mais l'on veut aumoins que leur vie prefche, que leurs aétions efclai- rétles peuples , & qu'ils leur donnent de bons Examples , Puifque pour ce befoin la doétrine n’eft poinrtantrequife , &que leur premiere obligatiô ef de contribuer au falut des Ames, dontils repondront dautantglus feucrementa Dieu