Page:Curwood - Kazan, trad. Gruyer et Postif.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dis qu’elle gémissait doucement. Puis son museau découvrit quelque chose d’autre, qui respirait faiblement.

Kazan, ce jour-là, ne repartit point en chasse. Il s’étendit voluptueusement au soleil, la tête pendante et les mâchoires ouvertes, en signe de la grande satisfaction qui était en lui.