Page:Curwood - Kazan, trad. Gruyer et Postif.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


instant, les deux bêtes demeurèrent là, sans bouger, un peu étonnées. Finalement, elles s’éloignèrent en trottinant, l’épaule de Louve Grise contre le flanc de Kazan.

— Deux par deux… murmura Weyman. Unis toujours, jusqu’à la mort.