Page:Cousin d’Avallon - Diderotiana.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ouvrage sur les femmes ; mais il a voulu être impartial, et ce livre n’a point de sexe. »



Il y avait dans la mythologie des anciens, disait Diderot, une déesse qui rendait les plaisirs parfaits. Les hommes n’ont pas eu, ajoutait-il, de divinité qui fît plus mal ses fonctions : où est le plaisir entièrement pur et parfait ? Rien n’est plus vrai ni n’a été dit d’une manière plus touchante que la plainte de Lucrèce sur la petite pointe d’amertume qui se mêle à tous nos plaisirs.

.......... Medio de fonte leporum,
Surgit amari aliquid, quod in ipsis floribus angat.

Sur le duvet, sur le lit le plus voluptueux et le plus doux, entre les draps les plus fins, sur le sein d’une femme dont la blancheur efface celle du satin