Page:Courteline - Bourbouroche. L'article 330. Lidoire. Les balances. Gros chagrins. Les Boulingrin. La conversion d'Alceste - 1893.djvu/66

Cette page n’a pas encore été corrigée


comme des dents les ardoises gâtées pour en mettre des neuves à la place, le garde champêtre vint à passer. — Zut !

Lonjumel. — Encore un éclat de bois ?

La Brige, l’ongle aux dents. —… Une goutte de soufre bouillant qui s’est faufilée sous mon ongle ;… tu n’as pas idée comme ça me gêne !

Lonjumel. — Veux-tu un peu d’huile ?

La Brige. — Pas la peine. — Qu’est-ce que je disais donc ? Ah oui ! — Le garde champêtre vint à passer. Il leva le nez, et, à la même minute, parut frappé de folie furieuse. "En bas ! En bas, les couvreurs ! hurla-t-il. Descendez !… et plus vite que ça, ou vous allez voir, tout à l’heure, si je ne monte pas vous botter le derrière ! " Je m’étais approché souriant, croyant à un malentendu, mais je n’eus pas le temps d’ouvrir la bouche. "Qu’est-ce que vous venez m’embêter, vous ? poursuivit le garde champêtre qui avait reçu de l’éducation. Fermez donc votre garde-manger ; ça pourrait attirer les rats." — "Mais, objectai-je, je fais réparer ma maison." — "Justement, reprit-il ; vous n’en avez pas le droit."

Lonjumel, triomphant. — Ah ! ah !

La Brige. — Hein ?

Lonjumel. — Ah ! ah !

La Brige. — Quoi, ah ! ah ?

Lonjumel. — Je dis : Ah ah !

La Brige. — Ça recommence ?

Lonjumel. — Oui, mais en majeur, même chanson, autre mélodie. Entre le "Ah ! ah ! " d’à présent et le "Ah ah" de tout à l’heure, le sens-tu, le demi-ton ? L’apprécies-tu, la nuance ? (Riant.) Eh ! mon bon, je savais d’avance le dénouement de ton histoire qui tenait tout entière dans son commencement. Le garde champêtre, s’il avait tort dans la forme, avait raison dans le principe. Tu n’avais,