Page:Courteline - Bourbouroche. L'article 330. Lidoire. Les balances. Gros chagrins. Les Boulingrin. La conversion d'Alceste - 1893.djvu/43

Cette page n’a pas encore été corrigée


derrière, c’est convenu. Et après ? Elles n’avaient qu’à ne pas le regarder.

Le substitut. — C’est trop commode !

La Brige. — Trop commode !… Est-ce que je l’ai mis à la fenêtre, mon derrière ?… exposé au soleil comme un melon pas mûr ?… "Nous avons distingué, dit l’huissier Legruyère, au fond d’un appartement…" — Ce qui est trop commode, monsieur, c’est de s’emparer du bien des autres et d’en user comme du sien ; c’est de leur carotter leur monnaie sous le prétexte mensonger d’assurer leur droit au sommeil, à l’intimité et au repos, en vertu d’un pouvoir dont on ne dispose pas ; délit prévu et puni par l’article 405.

Le président. — Ah çà, mais vous connaissez le Code…

La Brige, souriant. —… Comme un simple malfaiteur. Il est même inouï de penser que la connaissance du Code et la crainte de ses conséquences constituent le seul terrain commun aux gens de bien et à la crapule. (Mouvement du président.) Oh ! monsieur le Président, pardon ; il faudrait cependant s’entendre et régler à chacun son compte. (Tirant un papier de sa poche :) De l’exploit d’huissier que voici, — car si vous avez, vous, le constat qui me condamne, j’ai, moi, celui qui m’innocente, — il résulte que mon logement, situé cinq mètres au-dessus du niveau de la rue, en face d’un terrain non construit, échappe au regard des passants et, plus encore, à celui des voisins, par la raison qu’il n’y en a pas. Il faut donc que les mécontents qui se plaignent d’avoir vu mon derrière aient accompli des prodiges et payé dix sous pour le voir, et alors de quoi se plaignent-ils puisque je le leur ai montré ?

Le substitut. — Vous compliquez la question à plaisir. Vous savez bien que la Justice et l’Administration font deux.

La Brige. — Deux quoi ?… Je vous défie de le dire.

Le président. — Vos démêlés avec la Ville ne sont pas du ressort de la Correctionnelle. Si vous avez à vous plaindre des bureaux, prenez-vous-en à eux…

La Brige. —… et laissez-nous tranquilles ; je prévoyais l’objection. Il est malheureusement fâcheux que les bureaux, alliés comme larrons en foire quand il s’agit de faire casquer le contribuable, excipent de leur incompétence et se cachent les uns derrière les autres, sitôt qu’il est question de lui régler son dû… En ce qui me concerne, voici : quitte avec les contributions, ayant, par conséquent, payé de mes deniers le droit de respirer — que Dieu me donna pour rien — puis-je, oui ou non, si j’ai trop chaud, tenir mes fenêtres ouvertes ?

Le président. — Oui.

La Brige. — Dans un logement qui est le mien, puisque j’en acquitte les termes, puis-je, oui ou non, si je perds deux sous, me baisser pour les ramasser ?

Le président. — Oui.

La Brige. — Dans ce même logement, puis-je, oui ou non, si la fantaisie m’en prend, me déguiser en Mexicain ?

Le président. — Oui.

La Brige. — En Turc ?

Le président.