Page:Courteline - Bourbouroche. L'article 330. Lidoire. Les balances. Gros chagrins. Les Boulingrin. La conversion d'Alceste - 1893.djvu/121

Cette page n’a pas encore été corrigée


Vous souffrirez pourtant...


Célimène

Silence!


Philinte

Mais...


Célimène

, même jeu.

Silence!


Philinte

Parbleu, c'est trop d'audace, et c'est trop d'insolence!
Le ton où tu le prends, que l'arrogance emplit...


Célimène

Ne me tutoyez pas. Nous croyez-vous au lit?


Philinte

Madame, on se doit rendre aux rendez-vous qu'on donne.


Célimène

La paix!


Philinte

Je vous l'impose!


Célimène

Et moi, je vous l'ordonne!


Philinte

, exaspéré.

Oh!


Célimène

Quel besoin, bon Dieu, de jeter les hauts cris?
Un galant comme vous égale trois maris.


Philinte

La peste vous étouffe, et vous et vos pareilles!


Célimène

Mais parlez donc moins fort; les murs ont des oreilles.
Si j'eus, pour mon malheur, le tort de vous aimer,
Il n'est pas à propos de les en informer.