Page:Courteline - Bourbouroche. L'article 330. Lidoire. Les balances. Gros chagrins. Les Boulingrin. La conversion d'Alceste - 1893.djvu/113

Cette page n’a pas encore été corrigée


J'eus tort! Ils sont d'un bête à couper par morceaux!


Oronte

Jetez donc à deux mains des perles aux pourceaux!


Alceste

Peste soit des grimauds et des vers imbéciles!


Oronte

L'injure porte en soi des armes trop faciles.
Je vous laisse le pas...


Alceste

J'allais vous en presser.


Oronte

... Tout en gardant pour moi ma façon de penser.
Il suffit. Je m'entends. Bonjour. Mes courtoisies
Tirent la révérence aux basses jalousies.
(Il salue.)
Mangez! Buvez! Dormez! Et puissent mes lauriers
Ne pas être pour vous de trop durs oreillers.

Il sort.

{{|ScèneIII}}



Alceste

Voilà, je vous l'avoue, une brute plaisante!
Donc, il ne suffit pas que, lâche complaisante,
Mon ardeur à bien faire, en sa servilité,
Ait imposé silence à ma sincérité?
Qu'un quart d'heure durant, souffrant mort et martyre,
Je me sois jusqu'au sang mordu pour ne pas rire,
Piétinant de sang-froid -- et le sachant très bien --
Ma pauvre bonne foi qui n'y comprenait rien?
Il faut encore que j'aide à tuer son libraire,
Ce maraud vaniteux qui chante au lieu de braire!
Un pied-plat de ses vers me vient assassiner:
Je ne condamne pas, donc je dois patronner?
Ah! mais non!


Philinte