Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin Remède au surmenage 1888.djvu/5

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 5 —

élever le monument qui marquera son passage ; et puis ces mêmes progrès scientifiques ont rapproché toutes les distances, confondu tous les rangs, détruit l’ancienne organisation sociale et créé une concurrence redoutable à l’entrée de toutes les carrières. Et l’on veut que les programmes ne soient pas chargés à cette heure psychologique où la spécialisation des études n’est pas encore réalisée et où tous les jeunes voyageurs entrent dans la vie active avec le même bagage.

Il y a là encore une injustice de même qu’il y a injustice à méconnaitre systématiquement ce qui a été fait avec un peu de timidité peut-être pour remédier à cette fâcheuse uniformité des examens : injustice à ne pas voir les efforts sincères et les constantes recherches des chefs de l’armée universitaire. Plaise à Dieu qu’ils n’écoutent pas leurs contradicteurs et qu’ils ne fassent jamais usage du procédé révolutionnaire ; détruisant en haine de ce qui existe sans remplacer au fur et à mesure les matériaux hors d’usage ; c’est pas des tâtonnements qu’il faut procéder, et pour ma part je n’aurais pas meilleur opinion d’un projet de refonte totale des programmes d’enseignement que de ces élucubrations constitutionnelles que leurs auteurs nous présentent comme devant assurer à tout jamais le bonheur et la tranquillité du pays. Dans l’un et l’autre cas c’est le raisonnement pur et souvent l’imagination qui font tous les frais ; cette observation impartiales des choses que