Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin Remède au surmenage 1888.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 10 —

ii

Cet honneur était réservé à un homme que j’ai eu l′imprudence d′inviter ici ce soir, ce qui me gêne pour vous dire de lui tout le bien que j′en pense : au moins aurai-je soin de ne pas vous dire son nom… c′est M. Godart, directeur de l′École Monge.

L′École Monge a été fondé en 1869, par un groupe d′anciens élèves de l′École polytechnique : elle occupe aujourd′hui un large emplacement compris entre le boulevard Malesherbes et l′avenue de Villiers : elle appartient donc à ces nouveaux quartiers aérés et somptueux dont les avenues droites et les pierres blanches contrastent si complètement avec les rues tortueuses et les murailles noircies du quartier latin : la différence est encore plus sensible entre les lycées qui s′élèvent sur la rive gauche et l′établissement dont je vous parle.

Au centre s’étend une cour couverte qui mesure 80 mètres de long sur 30 de large ; imaginez le hall de quelque richissime compagnie financière débarrassé de ses comptoirs et de ses commis ; le sol est en asphalte, la toiture vitrée. À la hauteur du premier étage, court une galerie sur laquelle ouvre un litanie de portes et de fenêtres ; aux deux extrémités, des portiques de gymnastique surchargés d’agrès. Quand on est là, on com-