Page:Coubertin Ce que nous pouvons 1918.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


AVANT-PROPOS

C’est le 24 février de cette année que le baron Pierre de Coubertin fit à l’Association des Hellènes Libéraux de Lausanne, la conférence que nous présentons au public dans cette brochure.

La personnalité si connue de l’éminent philhellène nous dispense de le présenter à nos lecteurs.

Il nous suffira de rappeler que c’est sur son initiative que le Congrès international réuni par ses soins au palais de la Sorbonne en 1894 acclama le rétablissement des Jeux Olympiques, choisit Athènes pour la première Olympiade et que c’est grâce à l’activité inlassable qu’il a déployée lors de son premier voyage en Grèce pour persuader le gouvernement de cette époque et convaincre les plus sceptiques, que les premiers Jeux Olympiques ont pu être célébrés au stade d’Athènes.

Aussi le brillant succès et le grand enthousiasme suscité lors de la célébration des premiers jeux olympiques à Athènes en 1896, qui démontra au monde entier la vitalité de la race hellénique, fut la juste récompense de son œuvre pour laquelle il s’est voué corps et âme.

À l’ardent ami de la Grèce qu’est M. de Coubertin, nous nous faisons un devoir d’assurer ici-même que notre gratitude et notre reconnaissance, qui datent déjà de longtemps, ne cesseront de rester toujours vivaces, envers l’homme qui n’a jamais cessé de s’intéresser à tout ce qui de près ou de loin touchait notre Patrie, en défendant par la plume et par la parole la cause et les intérêts de l’Hellénisme.


L’Association des Hellènes Libéraux
de Lausanne.