Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin A travers l histoire sud américaine, 1916.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
à travers l’histoire sud-américaine

mains d’hommes assez peu avancés intellectuellement et matériellement.

Dans l’échelonnage de tous ces peuples sur l’ossature continentale du nord au sud, nous distinguons nettement trois foyers brillants : d’abord les Aztèques et les Mayas au Mexique, puis les Chibchas ayant leur centre sur le plateau de Bogota, enfin l’empire des Incas qui englobait autour de Cuzco, sa capitale, les régions correspondant à peu près à l’Équateur, au Pérou et à la Bolivie modernes. Plus au sud, entre Tucuman et Mendoza, il y avait les Daguites et au nord, vers le Honduras et le Nicaragua d’autres peuplades qui, sans être parvenues au même degré de culture, tendaient à s’en approcher.

Les États aztèques, chibchas et péruviens se ressemblèrent en ceci que ce furent des États guerriers conduits le plus souvent par des conquérants et visant à l’agrandissement territorial obtenu par la force. Politiquement ils furent assez dissemblables. Au Mexique, Tenochtitlan (la future Mexico), qui aurait été fondée vers 1330, avait en face d’elle deux cités capables de lui disputer la préséance, Chalco et Tezcoco. Elle abaissa la première et s’entendit avec la seconde. Ce fut en somme une confédération de villes dominant d’abord les vallées voisines, puis gagnant d’effort en effort jusqu’à soumettre presque tout le sol mexicain. Les chefs de ces démocraties militaires se muèrent peu à peu en souverains sans pourtant que cette souveraineté revêtit le caractère théocratique de celle des Incas. Il semble que ce soient les Chibchas du plateau de Bogota qui aient les premiers conçu la monarchie divinisée et traité leur monarque, une fois consacré, comme d’essence supérieure. La centralisation administrative de l’empire inca favorisait l’évolution progressive d’une pareille idée ; on sait à quels excès elle fut conduite.

Les civilisations indigènes précolombiennes reposèrent sur un extraordinaire mélange de connaissances approfondies et d’ignorances fondamentales. Elles furent, d’une