Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/98

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 87 —

soir, contrairement à tous les protocoles, dans le cabinet du chef de l’État. En province cela marchait bien. Le jubilé de l’Union avait provoqué une large recrudescence dans le développement des associations scolaires. Les critiques soulevées par le lendit de Rouen et auxquelles M. Sinoir, le dévoué professeur du Lycée de Laval, grand partisan des lendits, faisait tête de son mieux, n’avaient fait qu’ajouter de la force à nos méthodes dont j’avais à nouveau fait un exposé public en distribuant les prix à la réunion de Chartres, le 25 juin ; un cross country vélocipédique, à Versailles, sous la présidence du général Rebillot, avait fort bien réussi.

Les régates inter scolaires
(dessin de m. fillot).

les régates interscolaires
L’amiral Lagé, président de l’Union des Yachts français,
débarque du steam-yacht « Aimée » au ponton de la Société nautique de la Basse-Seine,
à Courbevoie

Mais l’heure ne sonnait pas encore de mettre en train les sports populaires. Quand j’en parlais dans ma petite commune normande à mes collègues du Conseil municipal, ils ne se montraient pas surpris ; ils riaient ! Plusieurs années après, l’un deux ne devait-il pas s’enquérir sérieusement si les feux olympiques éclairaient bien et si j’étais content de cette nouvelle lumière. En vain avais-je essayé d’une leçon de choses en invitant à venir à Mirville les gymnastes et les