Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 75 —

d’un déjeuner que présida le maire de la localité. Le lendemain soir lundi 21, il y eut un assaut d’armes au Stade Français sous la présidence du général Février, pour l’inauguration du nouveau club house : le jeudi 24, un grand cross country interscolaire à Meudon, présidé par l’illustre M. Janssen qui donna à l’issue de la course un lunch aux nombreux participants ; le vendredi 25, à 8 heures du soir, une séance solennelle dans l’amphithéâtre de la Sorbonne. Le prince Obolensky représentait le grand duc Wladimir. De courtes conférences sur les exercices physiques dans l’antiquité, au moyen-âge et dans le monde moderne furent faites par MM. Georges Bourdon et Jusserand et par moi-même. L’ode à l’Union chantée par l’harmonie de la Belle Jardinière et déclamée par M. Segond de l’Odéon eût un grand succès et fut bissée. Puis on ouvrit les enveloppes du concours littéraire créé à l’occasion du jubilé. Les trois lauréats furent MM. Bayeux, proviseur du lycée Grand Duc Wladimir
s. a. i. le grand duc wladimir
de russie
de Saint Étienne et A. Magendie, directeur de l’école normale d’instituteurs de Foix, auteurs de remarquables mémoires sur la portée morale des exercices physiques et M. Paul Fredy (sous ce pseudonyme se cachait un de mes frères), auteur d’une amusante comédie en vers, intitulée : « Dante et Virgile à l’Union des Sports ». Enfin MM. de Saint-Clair et Richefeu reçurent les palmes de l’Instruction publique que j’avais demandées pour eux ; Saint-Clair n’était pas présent mais je tenais qu’il fut associé de la sorte à la fête, d’autant mieux qu’on continuait à se montrer plus injuste et plus ingrat envers lui. Le dimanche 27 vit au Racing Club, le matin, une réunion de courses à pied que présida le grand-duc Wladimir en personne et le soir, chez Lemardelay,