Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/187

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 176 —

nouveaux embellissements ! Les dépenses techniques se montaient à 115.000 francs, soit : 20.000 francs à la place de Sienne, 8.000 fr. aux Thermes de Caracalla, 9.000 francs pour les sports nautiques, Victor Emmanuel iii
s. m. victor emmanuel iii
roi d’italie
42.000 francs pour Tor di Quinto, 30.000 francs de subvention à l’Automobile-Club et au Yacht-Club pour aider à l’organisation des concours de Milan et de Naples, 6.000 francs enfin pour les autres sports. À cela venaient s’ajouter : 40.000 francs pour les concours d’art, 40.000 francs pour les prix, 30.000 francs de crédits supplémentaires pour la décoration, 20.000 francs pour la correspondance, les impressions et envois de programmes, 8.000 francs pour le traitement du directeur général et 50.000 francs pour indemnités éventuelles de déplacement ou de transport de matériel. Total général : 303.000 francs.

Je ne puis entrer ici dans le détail de mon travail qui était serré de près, tenant compte du prix et de la durée habituels des journées d’ouvriers. On s’étonnera probablement en face de chiffres si modestes. Mais que l’on entende bien qu’il ne s’agissait pas, dans ma pensée, d’une olympiade géante comme celle qui se tint à Londres par la suite. J’estimais en moi-même à quatre ou cinq cents, tout au plus, le chiffre total des concurrents et à quinze à vingt mille le nombre des spectateurs qui assisteraient aux diverses épreuves. Point de tribunes qui auraient défiguré l’admirable place de Sienne, rien que des enceintes légères avec des sièges mobiles et une décoration très simple s’harmonisant avec le lieu : aux Thermes de Caracalla, point de guirlandes ni d’oriflammes ; seulement quelques massifs de verdure au pied des vieilles murailles