Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Une campagne de vingt-et-un ans, 1909.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 151 —

Je n’ai pas à entrer ici dans le détail des réunions successives qui groupèrent un nombre respectable de concurrents et l’on m’excusera par ailleurs de ne point m’étendre sur des incidents regrettables qui se produisirent et dont l’écho se prolongea longtemps après sur la clôture de l’Exposition. L’U. S. F. S. A. chargée de la partie « Sports athlétiques » joua de malheur. Elle crut avoir trouvé « l’installation rêvée » comme me l’écrivait son secrétaire général qui ajoutait : « Les Jeux auront lieu à Courbevoie dans une propriété magnifique. Nous avons des bailleurs de

arrivée du 400 m
les concours de l’exposition de 1900
arrivée du 400 m. plat
W. L. Long (New York A. C.) arrive premier en 49 s. 2/5, battant Holland (Georgetown University)

fonds. Il y a un château où l’on pourra loger les athlètes étrangers par chambrées dans des conditions peu coûteuses ». Tout cela s’écroula à la dernière heure, non sans dommage pour les finances unionistes, paraît-il, et la grande réunion internationale de courses à pied et sports athlétiques eut lieu finalement sur le terrain du Racing Club le jeudi 19 juillet. Je la présidai. Le ministre du Commerce, M. Millerand était présent. Ainsi — ô