Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Pages d’histoire contemporaine.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
L’ESPAGNE ET SES FILLES

la géographie et c’est l’histoire qui s’est chargée d’assurer la sécurité de la civilisation espagnole en en répartissant le trésor entre l’Espagne et ses filles.

Elles sont vingt-deux, parmi lesquelles trois ont épousé des étrangers et deux sont à marier. Considérons, si vous le voulez, Cuba, Porto-Rico, les Philippines, les Mariannes et les Carolines comme définitivement soustraites à l’influence du génie castillan — et voilà qui est bien vite dit ! — il reste encore dix-sept sœurs qui paraissent, celles-là, endurcies dans le célibat et en état de tenir tête aux prétendants ; elles forment un groupe compact dont la superficie dépasse celle de l’Europe entière et dont le chiffre de population atteint celui de l’Autriche-Hongrie, mais avec une densité moyenne de trois à quatre habitants par kilomètre carré, en regard des quarante habitants qui forment la moyenne du vieux monde. Toutes les richesses du globe, on peut le dire, s’y trouvent accumulées : métaux, pierres précieuses, épices, graines, essences rares, matières premières des industries de luxe. L’élevage et la culture, les exploitations minière et forestière n’y donnent pas encore le sixième du rendement exigible. Un climat sain et varié, des côtes hospitalières, une orographie et une hydrographie de premier ordre complètent l’heureuse physionomie de ces régions privilégiées. Comparez la parcimonie dont la nature a usé envers l’Asie et l’Afrique avec la générosité dont elle a fait preuve à l’égard de l’Amérique du Sud, et vous serez tenté de placer là l’Eden perdu par la faute de nos premiers parents.

L’œuvre des hommes pourtant y fut bestiale et sanguinaire. L’indéniable grandeur des vice-royautés qui y succédèrent à des empires inconnus ne put effacer les horreurs de la conquête ni compenser la pesanteur d’un joug qui semblait avoir été inutilement cruel. Qu’avait gagné l’Espagne à tant de sang répandu ? Sa coûteuse domination n’avait pas même su tirer de ce sol vierge toutes les fortunes dont il était capable. La haine de son nom, une haine aussi durable que justifiée, voilà tout ce que lui rapportait,