Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Pages d’histoire contemporaine.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
LA POLITIQUE EXTÉRIEURE

travaux publics étaient nécessaires. La pose du câble transatlantique, la construction du chemin de fer de New-York à San-Francisco, l’exposition de Philadelphie, la révision du tarif douanier occupèrent l’attention du peuple américain jusqu’à ce que James Blaine fût venu lui rappeler sa mission continentale. Celui qu’en 1889 on appelait parfois le Bismarck transatlantique avait, à cet égard, des projets grandioses ; on les lui a déniés, mais un souvenir personnel me défend d’en douter. Sa mort prématurée et ses moyens d’action un peu incomplets empêchèrent Blaine de donner toute sa mesure. Après lui, l’idée subsista.

Aujourd’hui elle flageole. Les États-Unis ont soutenu mollement le récent congrès panaméricain et ils ne semblent guère se préoccuper du rapprochement si plein de conséquences qui s’opère entre l’Espagne et ses anciennes colonies émancipées. Peut-être que le rachat prochain du canal de Panama et les difficultés auxquelles donnera lieu la concession à une compagnie américaine d’un vaste territoire du Haut-Amazone (concession que le Brésil reproche amèrement à la Bolivie), peut-être bien que ces événements aboutiront à une restauration du monroïsme ; mais, présentement, le monroïsme a pâli.

C’est que, devant l’oncle Sam, un rôle nouveau se dessine vers lequel il tend inconsciemment, poussé par les circonstances plus encore que par l’ambition. Être le gendarme du nouveau monde, c’est prestigieux et plein d’avantages ; mais devenir la clef de voûte du gigantesque édifice anglo-saxon, cela serait plus glorieux et plus fécond encore.

Voici bien longtemps qu’à travers de traditionnelles aigreurs de forme, un observateur attentif aurait pu démêler les sympathies croissantes qui vont s’amassant entre Anglais et Américains ; des divergences d’intérêts en retardent l’éclosion ; vous les verrez éclore quand même. Et puis ce n’est pas avec l’Angleterre que s’opère le principal échange. L’Angleterre est la vieille mère dont l’arrogance jadis sema la brouille dans la famille ; il y a de jeunes