Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - Notes sur l education publique, 1901.djvu/210

Cette page a été validée par deux contributeurs.
196
notes sur l’éducation publique

fondi du corps humain. Il prend sur vous des mesures nombreuses, qui s’inscrivent sur une feuille[1] spéciale dont une copie est remise a l’examiné, dont l’autre demeure dans les archives de son gymnase. Il prend la circonférence du crâne et celle du genou, l’angle facial, la longueur des membres, étudie la dentition et le système capillaire, détermine la capacité des poumons à l’aide du spiromètre, la vitesse et l’énergie des battements de l’artère radiale à l’aide du sphygmographe, le coefficient nerveux et la « durée de l’effluve vital » à l’aide de l’ergographe ; il fait même intervenir l’élément héréditaire en vous interrogeant sur vos ascendants, interrogation qui, portant principalement sur des détails physiologiques, serait vaine partout, mais l’est plus encore dans un pays où les traditions familiales sont courtes, où l’on ignore parfois les détails les plus importants de la vie de son grand-père ou même de son père.

Ces renseignements — dans lesquels il entre et il entrera toujours, quel que soit le degré d’avancement de la science, des causes nombreuses d’inexactitude et d’erreur, sans parler

  1. Lors d’un examen auquel j’assistai, à Harvard, il y a une dizaine d’années, j’en comptai 58.