Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume II.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
préambule

tel que nous le proposons, ni manuels propres à les y aider. Il est possible, mais il en existera demain pour peu que l’opinion l’ordonne. Aussi bien notre œuvre, datée de Paris, ne se limite ni à la France, ni même aux peuples latins. Nous la croyons applicable en Bolivie aussi bien qu’au Japon. Elle n’est point intangible non plus. Bien que résumant dix années d’enquête et de réflexion, elle est assurément améliorable dans ses détails et nous accueillerons avec empressement toutes les suggestions heureuses qui nous seront faites. Mais le principe demeure. L’heure a sonné que prévoyait Berthelot lorsqu’il s’écriait naguère : « Il deviendra impossible de s’assimiler l’ensemble des découvertes de son temps. Le cerveau humain ne pouvant plus absorber l’immense majorité des faits acquis ne pourra plus généraliser, c’est-à-dire s’étendre et se développer ». Or, il faut que l’esprit démocratique — à peine de rétrograder vers la barbarie — s’étende et se développe et, pour cela, qu’il possède ces vues d’ensemble par lesquelles seules l’homme apprend la modestie, la prudence et le prix des « labeurs additionnés ».