Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.
68
exercices de locomotion

différentes allures : au plus près, vent arrière, largue, grand largue, voilà le bagage que nous jugeons nécessaire.

Après cela, qu’on ait l’aspect plus ou moins loup de mer, qu’on possède plus ou moins le pittoresque argot du métier, qu’on soit plus ou moins ferré sur les règlements maritimes, qu’on puisse discourir congrument sur les questions de jauge, peu importe.

Il est souvent difficile d’avoir des voiliers à sa disposition. On ne peut du reste y exercer beaucoup d’élèves à la fois et les embarquements et débarquements prennent un temps précieux. Aussi ne saurions-nous trop recommander ces « mâtures à terre » comme en possèdent diverses écoles navales d’Europe. Un bordage grossier simule le bateau ; les mâts sont solidement enfoncés dans le sol. Si l’appareil est édifié en plein air, on ajoure les voiles par en haut de manière à diminuer la prise du vent. Un beaupré et une hune avec une vergue et des haubans complètent fort utilement l’ensemble et permettent d’excellents exercices de grimper.