Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/88

Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
exercices de locomotion

son aviron et, en tous cas, diminue sa prise et la rend moins stable — il est parfois forcé de « nager à l’embellie » comme on dit, c’est-à-dire dans l’intervalle des lames — le remous arriverait à le renverser de son banc s’il allongeait le corps à l’égal de son camarade de rivière. Pour le même motif, le canot qu’il monte est plus robuste, plus haut de bord et les avirons dont il se sert ont des pelles plus étroites et plus solides.

Il est bon d’avoir actionné l’un et l’autre : la lourde barque de pêche aux aides incommodes et le fragile outrigger aux allures ailées.

Pour débuter, une nappe d’eau tranquille serait préférable : un lac ou une rivière assez large et de cours peu rapide. Le novice y fera usage d’un canot dit « yole de mer » ou s’en rapprochant. S’il débute en mer, une chaloupe de yacht peut convenir mais non pas un youyou.

Les premières fois, il ramera en couple pour passer aussitôt à la pointe — successivement à tribord et à bâbord — et revenir ensuite à la couple. On soignera surtout : l’attaque qui doit être franche, ni trop brusque ni trop molle, le tirage dans lequel les jambes doivent apporter au moment voulu leur renfort, le dégagement enfin qu’il faut léger, rapide et suivi d’un