Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
la marche

allure, au contraire, est en harmonie avec l’organisme. L’expérience l’avait dès longtemps démontré et la science n’a fait que corroborer son dire.

Le pas ordinaire (de 0 m. 75) à 110 par minute donne près de 5 kilomètres à l’heure. Le pas accéléré à 120 donne environ 5 kilomètres 400. Le pas très accéléré à 140 donne 104 mètres à la minute, soit 6 kilomètres 240 à l’heure ; le résultat serait le même si le pas avait 0 m. 80 et que la cadence descendit à 130, mais cette seconde combinaison serait bien plus avantageuse au point de vue de la fatigue. Il faut tendre à allonger son pas autant que possible en même temps que l’on contrôle sa cadence.

Après le pas et la cadence il reste à déterminer l’étape. Pendant combien d’heures peut-on et doit-on s’efforcer de soutenir la marche ordinaire à 110 ? César, pour ses troupes, se tenait entre 20 et 25 kilomètres par jour. Napoléon monta jusqu’à une moyenne de 30 en 1815 mais, dans les précédentes campagnes comme dans celles, plus récentes, de 1859 et de 1866, la moyenne tourna autour de 22.

Disons qu’à notre avis l’homme non entraîné et non enrôlé (agissant individuellement) doit se