Ouvrir le menu principal

Page:Coubertin - L’Éducation des adolescents au XXe siècle, Volume I.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
le saut

trois variétés de sauts à la perche : en profondeur, en longueur et en hauteur.

Ces dénominations ne sont pas excellentes mais il faut y regarder à deux fois avant de débaptiser un exercice et, en tous les cas, on doit être certain que non seulement l’appellation nouvelle sera plus exacte que l’appellation ancienne mais encore qu’elle ne sera ni plus longue ni plus compliquée ni plus revêche à prononcer ou à ouïr.

Le saut en profondeur s’exécute de haut en bas ; le saut vertical, de bas en haut ; le saut en hauteur, en franchissant l’obstacle (barrière, mur ou haie) et en retombant de l’autre côté. De tous, le plus utile à connaître est le saut en longueur car c’est le seul qui ne puisse s’éviter. Vous enjamberez encore tant bien que mal la clôture qui se dresse devant vous ; mais qu’un fossé ou un cours d’eau se creusent sous vos pas, il faudra bien les sauter… ou tourner les talons.

Si l’on place l’un devant l’autre deux genres d’obstacles, par exemple une haie et un fossé, on a un saut combiné. Le saut en profondeur et le saut vertical n’ont d’application que combinés c’est-à-dire lorsqu’un ruisseau, un bourbier, des